Quelques techniques pour construire une maison écolologique

L’écologie, l’environnement, le réchauffement planétaire… Qui n’a jamais entendu parler de ces sujets à travers les médias ? Mais qu’en est-il de la mise en pratique ? Concernant la construction d’une future maison écologique, un certain nombre d’entre vous s’y intéressent sans vraiment creuser dans ce sens par manque d’informations et de conseils.

Pour essayer de vous aider dans cette démarche, voici quelques astuces de constructions écolos pouvant vous initier à la composition de votre future maison :

Architecture bioclimatique

maison écolologique

L’architecture bioclimatique consiste à trouver un équilibre dans la disposition des pièces afin réduire de la consommation énergétique.

Pour ce faire, les sources de chaleurs sont captées et conservées au sein de l’habitat.

Exemple : les pièces froides telles que les placards ou escaliers, nécessitant peu de chauffage donc moins de soleil, doivent être orientées au nord.

A contrario, les grandes ouvertures vitrées doivent être orientées vers le sud de manière à faire entrer la lumière hivernale. Ainsi au contact des murs intérieurs, la lumière se transforme en chaleur.

N’oubliez pas également que la taille de votre maison influence ses besoins en énergie.

L’isolation efficace

Malgré les idées reçues l’isolation se fait sur les murs et aussi sur les autres surfaces de la maison telles que le toit, le sol ou encore les fenêtres.

Concernant le toit on observe une tendance plutôt originale.

Le toit végétal

Il possède des vertus isolantes thermiques et phoniques efficaces. Cependant, ce système nécessite certaines contraintes d’installation:

– un toit plat (ou presque),
– une membrane d’étanchéité imperméable,
– une couche de drainage,
– une membrane de filtration de l’eau de pluie,
– un milieu de croissance des plantes,
– et enfin des plantes.

Pour isoler les autres surfaces, il existe plusieurs isolants tels que les fibres minérales ou végétales. Le chanvre ou encore d’autres matériaux renouvelables comme la ouate de cellulose en sont les meilleurs exemples.

Le chanvre

Voici un matériaux de construction à double utilité. Le chanvre peut être produit sous forme de brique et possède des vertus isolantes, ce qui vous évite de compléter avec un autre isolant. Néanmoins, il peut être aussi produit sous forme de rouleaux isolants.

Sa fabrication reste avantageuse pour l’environnement puisqu’elle nécessite peu d’engrais et peu d’irrigation.

Quant au prix, un mètre cube de béton de chanvre coûte environ 500€ soit cinq fois plus que pour du béton traditionnel grâce à sa double fonction.

Le ouate de cellulose

Fabriqué à base de papiers recyclés, le ouate de cellulose possède le même pouvoir isolant que la laine minérale. De plus, cette ressource possède une forte résistance au feu, aux insectes et moisissures.

Cependant, pour obtenir la même performance que la laine minérale, il faut augmenter l’épaisseur de fibre cellulose (16 cm de laine minérale = 20 cm de ouate de cellulose). La pause de la fibre nécessite l’intervention d’un professionnel afin qu’elle soit disposée de manière égale sur la surface.

Question prix : en mur la fibre est facturée entre 20 € et 27 € HT m² pour 100 mm d’isolant. Si vous souhaitez isoler votre toit avec le ouate de cellulose cela vous coutera moins cher (15 € HT le m² pour 100 mm d’isolant).

D’autres isolants minéraux existent seulement leurs utilisations sont plus rares.

L’énergie adaptée

La nature offre de nombreuses ressources naturelles. Néanmoins, réussir à les combiner dans l’habitacle n’est pas toujours aisé.

Le bois

Le bois est à la fois un très bon isolant thermique et peut aussi être utilisé comme source d’énergie. En effet, le feu est une source de chaleur connue depuis des millénaires et reste aujourd’hui l’une des ressources les plus efficaces.

Les poêles à bois sont une bonne solution pour produire la chaleur dans votre habitacle, néanmoins la dimension du poêle varie selon la surface de votre maison. Si vous souhaitez investir dans une poêle à bois, compter minimum 700 € sans oublier le bois.

L’énergie solaire

Grâce aux panneaux solaires, vous pouvez maintenant chauffer votre eau et produire votre propre électricité.

Ce système est désormais très utilisé par la plupart des habitants et également très profitable, puisque la revente du surplus d’énergie à EDF est envisageable.

En revanche, il est conseillé de consulter un expert, il évaluera la faisabilité de l’opération en fonction de l’agencement de votre habitation. Cliquez ici pour obtenir 4 devis gratuits de spécialistes près de chez vous, pour vos travaux d’installation de panneaux solaires.

Le puits canadien

Il faut savoir qu’une maison bien ventilée est une maison seine. Le puits canadien est un système de modération de l’air ambiant. Cette méthode consiste à chauffer l’air entrant en hiver et le refroidir en été en utilisant la température constante du sol (10° et 16°).

Constitué de tuyaux enterrés avec une entrée d’air à l’extérieur et d’un système de ventilation, ce mécanisme permet alors d’insuffler l’air dans les pièces de la maison. Ainsi cela vous permet de garder l’air ambiant sain et de stabiliser la température de votre maison sans utiliser de chauffage ou de climatisation.

Ce système est simple d’utilisation, mais l’installation reste chère : 4 000 €.

Voici donc quelques astuces de construction qui peuvent optimiser votre maison écologique et ainsi faire des économies sur vos factures.

Pour en savoir plus sur les maisons écologiques et les économies d’énergie, nous vous recommandons de visiter le site des maisons BBC. Vous y trouverez de nombreuses informations utiles et pratiques.

Si vous êtes à la recherche d’articles de qualité à petits prix pour aménager votre jardin, ou rendre votre logement plus écologique, nous vous invitons à visiter les enseignes OOGarden et Boulanger.fr.

Partagez sur les réseaux sociaux :

Commentaires


Autres articles que vous pourriez apprécier :